★ DJ GERALD (Mars.) vendr. 27/1 à La PITUCA / "GRISETA #5" le site ! ★

gerald-27_1_17

visuel-griseta-5

Bailarinas, bailarines,

 
Pas de PITUCA au Salon de Tango cette semaine mais La SANTA MILONGA, aujourd’hui jeudi 19 janvier, organisée par l’association Desde El Alma.
Vendredi 27 janvierLa PITUCA accueillera DJ GERALD (Marseille).
 
Dans les « Tontons flingueurs » Lino Ventura, ex-truand, rangé des voitures, retrouve son ami d’enfance, « le Mexicain », revenu rendre son dernier souffle sur le sol sacré de la France métropolitaine. Penché à son chevet, il accepte à contre coeur d’être son exécuteur testamentaire. Mais, porté sur les arguties juridiques et se fondant sur certaines imprécisions du Dalloz, le syndicat du crime local voudra faire valoir sa propre interprétation du droit des successions.
Quelques années plus tard, dans « Touchez pas au Biagi », l’action se déplacera de Paris à Marseille, ville sulfureuse et photogénique. Voguant sur le triomphe de l’internationale situationniste dans les milieux d’avant-gardiste artistique, les producteurs jugeront opportun de faire reposer le film sur le comique de situation, comme par exemple quand une balle ricochera sur un vendeur d’enclume à la sauvette. Scène après scènes, les ténors du box office cachetoneront aimablement, entre tirs approximatifs et tirades ajustées. C’est ainsi qu’écumant les milongas interlopes de Marseille à la poursuite d’un certain « Gégé le Belge » soupçonné d’avoir planqué la cocaïne dans les pochettes de disques de sa collection BATC « para entendidos » http://buenosairestangoclub.com/es/content/4-sobre-nosotros, Lino Ventura et Francis Blanche tenteront de rallier le mélomane récalcitrant à des arguments puisées en grande partie dans la rhétorique scolastique. Car en dépit du script original, Michel Audiard a voulu que « Gégé le Belge » fit ses humanités à l’université Catholique de Louvain (Belgique) et que ses poursuivants se fissent la main – à l’âge où chacun d’entre eux étaient encore pupilles de la nation – sur les troncs des églises baroques, avec une nette préférence pour celle érigées à la période où culmina le style flamboyant dit aussi « rococo ». Un style au sein duquel il est plus facile de passer inaperçu que dans le décor trop dépouillé de l’architecture romane, selon les remarques extraites du préambule au célèbre « cycle de conférences de « Riton l’apostat » consacré à « l’auto gestion dans les lieux de privation de liberté », donné en 1967 à la Maison d’arrêt d’essai de Fleury-Mérogis et édité aux PUF. Des considérations sur les dommages collatéraux imputés au Concile de Trente et l’emploi discriminatoire des armes non létales dans les départements français d’outre-mer précéderont le dénouement du film, le tout sans mégoter sur les cascades insouciantes et les répliques cultes.
  Les compères évoqueront aussi la figure légendaire de Max « le silencieux », le virtuose du Ruger MK2, un modèle inégalable dans le rendu des pianissimo, modifié dans l’atelier d’un luthier montpelliérain à partir de certaines caractéristiques sonores mis en évidence sur le Stradivarius dit « Le Milanollo » (1728), joué par J.S.Bach, Leclerc, Viotti, Niccolò Paganini, Yehudi Menuhin, Christian Ferras, Pierre Amoyal et Corey Cerovsek. Le tueur à gages idéaliste poursuivra sa quête de perfection acoustique en intégrant l’ordre fondé par Saint François de Sales. Chose peu connue, Saint François de Sales est le patron des sourds-muets en mémoire de l’aide qu’il a apportée à un homme atteint de ce handicap, mais aussi celui des journalistes (et de beaucoup de ceux qui feraient bien de s’abstenir d’écrire trop longuement et de manière trop discursive malgré leur effort louable d’enmêler le fil de l’actualité autour de la pierre philosophale dans le but d’atténuer le choc ressenti par ceux qui s’exposent imprudemment à se la prendre sur le pif).
Malgré l’originalité de ces films, la première gâchette de la « Nouvelle vague », François Truffaut, et les seconds couteaux des « Cahiers du cinéma » tout occupés à applaudir « la rivière sans retour » et le cinéma sans scénario, ne purent reconnaitre qu’à travers leur mise à distance de l’intrigue et leur dédain pour la grammaire cinématographique, ces oeuvres ouvraient elles aussi des perspectives inédites pour le 7ème art. Quelques années pus tard, c’est Tarantino qui remettra au goût du jour les histoires de délinquants cupides et beaux parleurs.
 

 LE SITE « GRISETA 

de Montpellier #5 « > 17 / 18 /19 février 2017  : 
★ DJ TEAM ★
Bénédicte Beauloye (BRUXELLES / Belgique)
Goran Niksic (ZAGREB / Croatie)
Jens Dörr (COLOGNE / Allemagne)
Jens-Ingo Brodesser solo vinilos! (BRUXELLES / Belgique)
Karin Betz (FRANCFORT / Allemagne)
https://www.facebook.com/events/249469928803880/
griseta-5djs-01
A Bailar,
Amed Yalouz, votre fournisseur en demi lumières

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

griseta5-gazzetta

www.abailartango-lapituca.com

https://www.facebook.com/abailartango.montpellier

http://elsalondetango.com/                         

Contacts A Bailar Tango abailartango34@gmail.com

A Bailar Tango  Association déclarée n°W343013351
SIRET 537 835 985 00026 – APE 9001 Z

Paul : 06.28.33.69.73  Thévanna : 06.77.39.72.29

La PITUCA : Horaires : 21h30 > 2h

PAF : 10€ (8€ avant 22h) / réduit 8€ (6€ avant 22h) grignotage inclus. Adhésion 2016/2017 10€ (réduit 5€).

Adresse de La PITUCA : »El Salón de Tango », 66 rue Léon MORANE FREJORGUES-OUEST / AEROPORT, 34130 MAUGUIO. Salle climatisée de près de 300 m2, un bar, un vestiaire, sono / lumière pro. Stationnement facile.

ITINERAIRE 

depuis Montpellier : Prendre la D66 en direction des plages et de l’aéroport de Montpellier – Méditerranée . Sortie aéroport de Montpellier. Au rond point prendre la première rue tout de suite à droite, rue Hélène Boucher (on passe devant l’entrée du grand magasin de jardinerie TRUFFAUT). Puis prendre la première rue à gauche, rue G. Guynemer (à l’angle se situe le magasin RETIF). Puis de nouveau prendre la 1ère rue à gauche, c’est la rue Léon MORANE, le 66 est au bout de la rue.

depuis la A9 Nîmes / Béziers… sortie 29 Montpellier Est, au rond point prendre la 4ème sortie D66 en direction de l’Aéroport, CARNON, …au bout de 2km prendre la sortie Aéroport. Au rond point prendre la première rue tout de suite  à droite, c’est la rue Hélène Boucher (on passe devant l’entrée du grand magasin de jardinerie TRUFFAUT).  Puis prendre la première rue à gauche, rue G. Guynemer (à l’angle se situe le magasin RETIF). Puis de nouveau prendre la 1ère rue à gauche, c’est la rue Léon MORANE, le 66 est au bout de la rue.